Evasion fiscale ou optimisation fiscale ?


.


Depuis quelques années, le contexte économique européen donne des suées froides à tous les détenteurs de gros capitaux. Politique de rigueur, contributions et charges en forte hausse, nombreux sont ceux qui pensent à rendre leurs immobilisations plus… mobiles.

Si vous considérez la possibilité de créer une société offshore pour payer moins d’impôts, il est important de se doculenter pour bien maitriser son sujet.

Société fiduciaire et évasion fiscale.

Beaucoup de sociétés proposent leurs services pour prendre en charge votre optimisation ou démobilisation fiscale. Longtemps le royaume de la Suisse, ces sociétés sont désormais mieux réparties dans tous les pays et il est devenu beaucoup plus facile de recruter un prestataire sûr et discret. Malheureusement, il existe toujours des individus mal intentionnés et dans ce domaine, les arnaques sont nombreuses. Je vous encourage donc fortement à vous renseigner sur la société en amont de toute signature : exigez qu’elle vous fournisse un échantillon de son portefeuille, ses prestataires principaux, et étudiez sa réputation. Cela vous évitera de bien mauvaises surprises sur le long terme.

Les paradis fiscaux sont-ils si paradisiaques ?

Tout le monde a entendu parler des Bahamas et des Seychelles. Mais au delà du soleil et des coraux, quel est réellement le cadre légal dans lequel vous souhaitez créer votre structure ? Moins médiatique mais tout autant prometteur, l’Etat du Delaware (petit état proche de New York)n le Belize ou encore Panama. Les arguments en faveurs de ces paradis fiscaux concernent avant tout l’exonération des impôts sur les bénéfices. Quand on paye jusqu’à plus de 50% d’impôt sur les bénéfices et seulement un taux forfaitaire de quelques centaines de dollars par an dans ces états, il y a de quoi réfléchir. Également mis en avant : la non obligation de tenir sa comptabilité à jour.

Comptabilité : évitez l’erreur classique

Ce que le public ignore, c’est que l’absence de comptabilité semble être un grand luxe au premier abord, mais peut se révéler très dommageable sur le long terme. Une société, offshore ou pas, génère des flux et de l’activité bancaire. Imaginons que vous menez votre activité domicilié en Europe et que vous facturez via un paradis fiscal. Vous avez fait appel à une société fiduciaire pour créer le dispositif, donc légalement, votre structure tient la route. Vous générez du bénéfice que vous devez transiter sur votre compte bancaire. La loi du pays où vous résidez, à la différence des ces paradis fiscaux, exige de votre banquier qu’il détermine l’origine des flux. Aucun problème, c’est votre société, vous pouvez donc tout justifier… à condition de tenir à jour votre comptabilité depuis le début de votre activité.

Evasion fiscale en restant en Europe ?

Il est possible de profiter des avantages fiscaux sans devoir créer sa structure à l’autre boût du monde. A Chypre par exemple, très en vogue à l’heure actuelle. La raison tient en 1 chiffre : 10% C’est le taux d’imposition sur les bénéfices qui laisse rêveur… Comptez minimum 6000 Euros pour la création de l’entité et encore une fois assurez-vous de faire affaire avec une société fiduciaire fiable et sans aucun passé houleux.

 

 

 

 

Le 8 avril | Categorie : Finance. Et vous, qu'en pensez-vous ?
Laissez un commentaire ou ajoutez un lien vers cet article !


One Response to “Evasion fiscale ou optimisation fiscale ?”

  1. Isabelle User Comments:

    Cela fait des années qu’ils sont en ligne de mire mais les paradis fiscaux ont encore un grand avenir j’en suis persuadé malgré les risques associés. C’est vrai que 10% d’impôts ça fait rêver :)

Et vous, qu'en pensez-vous ?



Finance Actu

Assurance en ligne et credits moins cher, des conseils en finance pour tous !
your logo here