La solidité financière de la France encore en doute

C’est avec fébrilité que nous attendons en ce vendredi la notation de l’agence Moody’s quant à notre hexagone. Déjà amoindrie le 21 décembre dernier lorsque la célèbre agence avait prévenu que leur note dépendrai « des efforts actuels du gouvernement pour réduire les problèmes structurels de l’économie », personne ne se fait d’illusion de retrouver de sitôt le tant convoité AAA.

Rappelons...

Quel avenir pour la monnaie BitCoin ?

Le 2 juin par Marc

Si les révolutions engendrées par Internet dans l’esprit du grand public reviennent souvent aux domaines de la communication et des nouvelles technologies, il en est un dont on parle beaucoup moins et qui pourtant pourrait avoir des répercussions colossales dans l’économie mondiale, la monnaie. Plus précisément BitCoin, inventée par M. Sakamoto en 2009, monnaie virtuelle intimement liée au protocole de partage d’information BitTorrent (principalement utilisé pour le piratage de fichiers informatiques).

Que cette monnaie existe toujours dans 10 ans ou non, sa raison d’être découle d’une idée fédératrice et simple : réduire, voire supprimer l’importance des intermédiaires (en particulier des banques) dans les transactions financières. De quoi se mettre à dos tous les lobbys bancaires directement !

Le succès de la monnaie virtuelle

Sur son postulat de base, Bitcoin propose l’utilisation d’une monnaie virtuelle, un concept qui a déjà fait ses preuves que ce soit dans l’économie réelle ou l’économie de mondes virtuels. L’immense succès des jeux video sur smartphone, par exemple, est intimement lié au succès de la monnaie virtuelle utilisée dans la majorité des produits : le joueur gagne des unités de valeur (le plus souvent des coins, mais aussi des jetons, des gèmes etc) et peut les utiliser pour acheter des articles de son choix dans le jeu. En dehors du jeu, cette monnaie n’a aucune valeur, et les responsables de ces produits s’arrangent bien souvent pour que les besoins soient supérieurs aux capitaux du joueur qui doit alors passer par sa monnaie réelle pour acquérir de la monnaie virtuelle.

La technique est alors encore plus déstabilisante lorsqu’il s’agit de jeux qui copient le réel (jeux de poker par exemple) où un joueur dépense son argent réel pour obtenir de l’argent virtuel qui mime l’argent réel dans un contexte réaliste ! Bref, l’intérêt envers le grand public et surtout le succès de la monnaie virtuelle ne sont plus à prouver.

Gagner des bitcoins, concrètement

Il n’est pas difficile d’obtenir des bitcoins sur le net. Dans plusieurs services très concrets, les transactions s’effectuent déjà en bictoins qui rémunèrent un service. C’est le cas de la plateforme WordPress, par exemple, qui accepte cette monnaie pour des services premiums.

Il existe déjà des sites comme celui-ci qui analysent le cours des bitcoins. Un élément de plus en faveur de la considération et de la place prise par cette monnaie dans le société.

Mais le succès des bictoins pourrait également être son plus grand risque : Internet étant cette grande zone de non droit que l’on connait, les vendeurs de produits illicites (armes, médicaments…) ont beaucoup à gagner avec les bictoins… Un argument en faveur des banques qui feront tout pour éviter le succès de cette monnaie virtuelle.

 

L’action Facebook se maintient

Le 17 mai par Marc

Il y a un an, l’entrée en bourse de Facebook avait fait grand bruit. Tout les analystes s’accordaient d’une part à estimer que la valeur de la société californienne était beaucoup trop haute, et d’autre part qu’il restait des zones d’ombre sur l’influence et le lobbying effectué par le groupe auprès des organismes financiers, en particulier les autorités de la Bourse.

Un an plus tard, toutes les zones d’ombre n’ont pas été éclairées, mais force est de constater que le scandale s’est calmé. Au moyen de plusieurs conférences réussies et de résultats à la hausse, le patron de Facebook Mark Zuckerberg semble redresser la barre, notamment en rassurant sur la capacité de monétisation de ses services et notamment sur les plateformes mobiles.

Désormais entre 25 et 30 dollars, la valeur du titre est loin de l’éternel concurrent Google qui a dépassé les 900$, mais au moins l’action Facebook n’a pas chuté davantage…

Les taux de crédits immobiliers au plus bas

Le 6 mai par Marc

Nouveau record historique en ce qui concerne les taux d’intérêt des crédits immobilier. En passant sous la barre des 3%, le taux de crédit immobilier est à son plus bas. Comme l’explique cet article des Echos, cette baisse concerne autant les crédits pour le neuf que pour l’ancien.

Dans un communiqué officiel, l’Observatoire Crédit Logement/CSA précise effectivement que « jamais par le passé, les taux des crédits immobiliers n’étaient descendus aussi bas ».

Conséquence de ces baisses successives, le volume de crédits immobilier progresse de 9% sur les derniers mois, malgré une baisse annuelle générale de 11%.

LE marché de l’immobilier étant bien malade en ce moment, il sera intéressant d’observer si cette dynamique de taux est favorable à la reprise.

Immobilier : acheter ou attendre ?

Le 16 avril par Marc

Cela n’est plus un secret pour personne. Les prix de l’immobilier à l’achat sont au coeur de toutes les discussions des analystes en ce moment. 2013 est sensée être l’année de la chute des prix, sauf ce que personne n’est capable d’analyser, c’est si cette chute sera significative ou non, longue ou courte etc…

Quels que soient les paramètres de la chute, il est possible de dégager quelques scenari clés qui permettent d’anticiper les effets de cette chute.

Alors, faut-il acheter en ce moment ou non ?

Le contexte actuel facilite la négociation

Comme toujours, il faut se placer des deux côtés des acteurs du marché pour mieux comprendre : les acheteurs sont fébriles, car on leur rabâche les oreilles à longueur de journée cette crise immobilière. De leur côté, les vendeurs s’empressent de mettre sur le marché leur bien en vente, car ils veulent à tout prix vendre avant la baisse des prix. Résultat : un déséquilibre de l’offre et de la demande en faveur des acheteurs qui font baisser les prix (indépendamment de l’effet de crise). Mais encore plus intéressant, le pouvoir de négociation de l’acheteur est renforcé, du fait de l’empressement du vendeur à se débarrasser de son bien. A vous, acheteurs, de la jouer fine et de négocier intelligemment en utilisant le contexte.

La crise latente tarde à se déclarer

 

 

 

 

 

 

Il suffit de lire ce graphique pour s’en rendre compte : les indicateurs indiquent la naissance d’une baisse prochaine, mais il est difficile de se prononcer sur son ampleur ou sa durée. Prenez pour référence la dernière qui n’a duré que quelques années pour revenir à une hausse des prix, cela a complètement atténué son impact. Bref : si on est sûr d’une baisse il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une baisse momentanée et faible.

J’espère que ces deux points de vue vous permettront d’y voir plus clair. Il est toujours important de ne pas se fier à une approche unique mais d’envisager tous les scenari pour avoir toutes les clefs en main.

 

Etes-vous satisfait de votre taux d’intérêt ?

Le 10 avril par Marc

Vous cherchez le meilleur taux mais ne savez pas comment choisir ou éviter de vous tromper ? Il existe de nombreuses ressources sur Internet pour se renseigner : un tableau comparatif sur les cartes et taux, les offres provenant directement des banques (ici la BNC mais ce pourrait être n’importe quelle autre), des comparateurs spécialisés ou encore des outils en ligne pour bien faire son choix.

Mieux comprendre le business des entreprises de carte de crédit.

Pour bien choisir, il est important de connaitre les coulisses, c’est à dire de se mettre à la place des entreprises qui vous font des offres. La base du business des entreprises de carte de crédit, c’est de gagner de l’argent sur les intérêts générés à partir de la somme que vous empruntez, y compris ce que vous devez déboursé sur vous êtes en retard dans votre remboursement de prêt. Le plus souvent, le paiement initial est bas, car ce n’est pas la source principale de revenu pour ces sociétés, mais un bon moyen pour attirer de nouveaux clients.

Les sociétés de crédit complètent le plus souvent leurs revenus avec les frais de transaction du côté des vendeurs (jusqu’à 5% de la valeur de l’achat).

C’est notamment pour cette raison que vous trouverez des offres promotionnelles en permanence et très alléchantes pour devenir un nouveau client d’une carte de crédit. Par exemple sur cette page, des sociétés de crédit accordent 5% sur l’ouverture d’un compte ou des remises directement en cash. L’acquisition de nouveaux clients est fondamentale pour ces entreprises, il faut donc bien étudier l’offre en question avant de se lancer dans un nouveau contrat !

De quel taux d’intérêt parle-ton ?

Lorsque vous contractez un taux, ne confondez pas les différentes sortes et assurez-vous de bien savoir de quoi vous parlez.

Comme l’explique le comparateur spécialiste Ratesupermarket (voir leur section de carte visa), il y a en général 3 types de taux :
1) Taux d’intérêt d’achat : c’est le taux annuel, celui qu’on appelle plus simplement « le taux »
2) Taux d’intérêt sur transferts de balance : c’est le taux perçu sur la dette transférée sur votre carte de crédit
3) Taux d’intérêt sur avance de fonds : c’est le taux perçu sur l’argent retiré de la carte

Comment payer moins d’intérêt ?

Bien sûr, le meilleur moyen de payer moins d’intérêts est de rembourser la dette pour en finir une bonne fois pour toutes.

Mais lorsque c’est impossible, voici deux trucs très simples pour payer moins cher le remboursement de votre taux:
– Mettez en place des paiements automatiques, cela vous encouragera à garder une épargne dédiée et continue pour vos remboursements
– Faites vos versement toujours quelques jours avant l’échéance pour éviter toute mauvaise surprise telle que jour férié ou oublis

Evasion fiscale ou optimisation fiscale ?

Le 8 avril par Marc

Depuis quelques années, le contexte économique européen donne des suées froides à tous les détenteurs de gros capitaux. Politique de rigueur, contributions et charges en forte hausse, nombreux sont ceux qui pensent à rendre leurs immobilisations plus… mobiles.

Si vous considérez la possibilité de créer une société offshore pour payer moins d’impôts, il est important de se doculenter pour bien maitriser son sujet.

Société fiduciaire et évasion fiscale.

Beaucoup de sociétés proposent leurs services pour prendre en charge votre optimisation ou démobilisation fiscale. Longtemps le royaume de la Suisse, ces sociétés sont désormais mieux réparties dans tous les pays et il est devenu beaucoup plus facile de recruter un prestataire sûr et discret. Malheureusement, il existe toujours des individus mal intentionnés et dans ce domaine, les arnaques sont nombreuses. Je vous encourage donc fortement à vous renseigner sur la société en amont de toute signature : exigez qu’elle vous fournisse un échantillon de son portefeuille, ses prestataires principaux, et étudiez sa réputation. Cela vous évitera de bien mauvaises surprises sur le long terme.

Les paradis fiscaux sont-ils si paradisiaques ?

Tout le monde a entendu parler des Bahamas et des Seychelles. Mais au delà du soleil et des coraux, quel est réellement le cadre légal dans lequel vous souhaitez créer votre structure ? Moins médiatique mais tout autant prometteur, l’Etat du Delaware (petit état proche de New York)n le Belize ou encore Panama. Les arguments en faveurs de ces paradis fiscaux concernent avant tout l’exonération des impôts sur les bénéfices. Quand on paye jusqu’à plus de 50% d’impôt sur les bénéfices et seulement un taux forfaitaire de quelques centaines de dollars par an dans ces états, il y a de quoi réfléchir. Également mis en avant : la non obligation de tenir sa comptabilité à jour.

Comptabilité : évitez l’erreur classique

Ce que le public ignore, c’est que l’absence de comptabilité semble être un grand luxe au premier abord, mais peut se révéler très dommageable sur le long terme. Une société, offshore ou pas, génère des flux et de l’activité bancaire. Imaginons que vous menez votre activité domicilié en Europe et que vous facturez via un paradis fiscal. Vous avez fait appel à une société fiduciaire pour créer le dispositif, donc légalement, votre structure tient la route. Vous générez du bénéfice que vous devez transiter sur votre compte bancaire. La loi du pays où vous résidez, à la différence des ces paradis fiscaux, exige de votre banquier qu’il détermine l’origine des flux. Aucun problème, c’est votre société, vous pouvez donc tout justifier… à condition de tenir à jour votre comptabilité depuis le début de votre activité.

Evasion fiscale en restant en Europe ?

Il est possible de profiter des avantages fiscaux sans devoir créer sa structure à l’autre boût du monde. A Chypre par exemple, très en vogue à l’heure actuelle. La raison tient en 1 chiffre : 10% C’est le taux d’imposition sur les bénéfices qui laisse rêveur… Comptez minimum 6000 Euros pour la création de l’entité et encore une fois assurez-vous de faire affaire avec une société fiduciaire fiable et sans aucun passé houleux.

 

 

 

 

Une nouvelle offre Visa de qualité chez TD

Le 28 mars par Marc

La bonne affaire du moment se passe chez TD Canada Trust. La célèbre banque de Toronto met à disposition sa formule Visa émeraude pour ceux qui veulent vraiment économiser sur leurs frais de carte bancaire. Voici nos commentaires et analyses.

Un tarif adapté à toutes les catégories de clientèle

Cette carte visa est proposée à l’année pour 25 dollars ce qui devrait attirer le regard de la concurrence et dynamiser le marché. Bref, c’est tout bénéfice pour nous les consommateurs.

Un taux d’intérêt préférentiel

La carte émeraude offre un taux variable entre 1.75 – 9,75 % + le taux préférentiel TD, elle se destine donc à tous ceux intéressés par des petits prêts ponctuels. Pour valeur de référence, le taux préférentiel TD était de 3% en 2010. Ce pourcentage est indexé sur le taux TD, une bonne nouvelle compte tenu de la force de  ce réseau dont on connait la solidité des bases financières.

Le maitre mot : flexibilité

Pour rester dans l’esprit de la formule, les fonds restent disponibles en tout temps. Le taux variable est déterminé en fonction de son profil, pour s’adapter réellement à ses besoins.

Les différents profils possibles sont les suivants : taux préférentiel TD + 1,75 %, taux préférentiel TD + 3,75 %, taux préférentiel TD + 5,75 %, taux préférentiel TD + 6,75 %, taux préférentiel TD + 7,75 % ou taux préférentiel TD + 9,75 %.

En prime, et c’est un aspect non négligeable, les fonds restent accessibles dans le monde entier. Idéal pour les achats spéciaux pendant les vacances. La qualité du réseau TD vous assure la facilité de retrait à un guichet dans de nombreuses villes du monde et des assurances voyage. (reportez vous à leur section internationale pour les Etats-Unis)

Garanties de la carte

Comme d’habitude avec TD, on sent qu’on est entre de bonnes mains, la liste de garanties sur cette carte est très rassurante :

* Technologie de la carte à puce : sécurité et tranquillité d’esprit grâce à l’utilisation d’un numéro d’identification personnel (NIP)
* Technologie Visa payWave : un système de paiement sûr, simple, plus rapide et plus pratique que les paiements en argent
* Assistance en cas d’urgence du service à la clientèle des cartes de crédit
* Réservations d’hôtel garanties
* Services bancaires personnels
* Chèques Visa TD
* Virements de solde sans frais

Bref vous l’aurez compris, cette carte visa est intéressante lorsqu’on correspond au profil du client qui ne veut pas se ruiner avec les frais de sa carte de crédit, qui désire que le taux s’adapte à sa consommation et non le contraire, et qui met en priorité la flexibilité de son compte.

Elle sera particulièrement utile pour les expatriés vivant au Canada, auxquels on peut d’ailleurs rappeler quelques conseils de base pour mieux vivre leur finance à l’étranger :

* Conservez un compte dans votre pays d’origine
* Optez pour un compte qui permet les transferts de fonds internationaux par internet
* Utilisez les apps mobiles, indispensables pendant vos voyages
* Rassurez vos conseillers financiers, s’ils ne sont pas au courant de vos déménagements ils pourraient croire à une anomie sur votre compte lors de vos retraits ou paiements

N’hésitez pas à nous laisser un commentaire ci-dessous si vous avez expérimenté cette carte.

CAF fr le CAFouillage complet !

Le 19 mars par Marc

Aujourd’hui petite gueulante à propos du site de la caf. Déjà, le sites des allocations familiales semble appartenir à un autre monde, à une époque où le web était une sorte gadget, un outil fait par un stagiaire parce qu’il faut bien qu’il bosse un peu. A une époque où le web prend le pas sur les communications traditionnelles du courrier ou du téléphone, il serait temps de se mettre à niveau…

La connexion a son compte personnel de la CAF est déjà ridicule, à demander des informations inutiles. C’est vrai, 99% du web mondial demande le même type  dinformations pour s’identifier, mais comme eux ils sont plus malins ils décident de faire autrement…

Site de la CAF mon compte

L’espace allocataire est une blague. En gros si vous voulez en savoir plus que quand votre prochaine échéance arrive ou combien vous avez touché le mois précédent, vous pouvez vous grater. Pour truc à peine utile, mais juste un tout petit peu intéressant hein, tel que contacter un conseiller, laissez tomber. Vous allez arriver sur un formulaire après de nombreux clics tordus qui sent l’amateurisme à plein nez. Si on voulait vous donner l’impression que vous envoyez une bouteille à la mer on ne s’y serait pas mieux pris ! Bien évidemment je parle en connaissance de cause, car mes demandes par ce formulaire sont toujours restées sans effet…

Obtenir une attestion a la CAF

La partie pour demander une attestation à la CAF vaut aussi son pesant de cacahuete. A part une attestation dont on se fout complètement, il n’y a aucun choix. Complètement inutile.

Se connecter au site CAF

La navigation sent l’usine à gaz à plein new (pas autant que pole emploi mais pas loin). On a toujours l’impression que le site souffre à chaque clic, qu’on passe par des nappes et des nappes de couches inutiles et lourdes, et quand on a de la chance, on arrive à la page souhaitée. Et encore, je suis relativement jeune, donc capable d’essayer plusieurs techniques pour arriver à mes fins sur leur site, mais j’imagine les pauvres personnes du 3ème âge, comment peuvent-elles s’en sortir. Un bien bel exemple de service qui au lieu d’encourager nos seniors à utiliser les outils gratuits et rapides, les condamne à mettre la main au portefeuille (appel surtaxé et timbres).

Crédit immobilier: définition et exemples concrets

Le 25 février par Marc

Je reçois toujours dans mes emails beaucoup de demandes d’explications sur le crédit immobilier. Je vais tenter d’expliquer comment cela fonctionne simplement et en prenant appui sur des exemples concrets.

Le crédit immobilier est un emprunt qui aide à financer une partie ou la totalité d’un achat immobilier, d’une construction de bâtiment ou des travaux concernant un bâtiment déjà existant.

Le crédit immobilier prend en considération le logement, qui est utilisé comme résidence principale ou secondaire par le propriétaire ou que le logement soit loué par une personne tiers. Il peut, cependant, concerner un immobilier d’entreprise. Le crédit immobilier a différentes caractéristiques, il peut s’établir sous forme d’un prêt avec un montant précis. Il est accordé par une banque ou un organisme de crédit financier spécialisé. Il peut s’établir sur une longue période de plusieurs années ou décennies. Il est souvent à un taux fixe sur toute la durée du crédit immobilier mais peut être aussi à un taux variable.

Le crédit immobilier est lié à l’apport personnel du demandeur de crédit. Cela signifie ainsi que le montant du crédit dépend du montant que l’emprunteur peut apporter. Il peut s’agir de plans d’épargnes, de dons familiaux, prêts familiaux avec ou sans intérêts ou même d’argent disponible sur un compte courant. Il est néanmoins possible que le crédit immobilier soit financé dans toute sa totalité, incluant le cout d’acquisition du bien, les frais de notaire et même les couts de garanties. Ce financement est remboursable par mensualité constante. C’est pourquoi le crédit immobilier doit être accompagné d’une garantie de crédit mais aussi d’une assurance décès et d’invalidité sur l’emprunteur.

Les exemples sont nombreux. Il existe plusieurs types de crédit immobiliers, le crédit amortissable, le crédit progressif ou dégressif, entre autres. Il existe aussi des sociétés qui sont spécialisés dans le courtage immobilier. Le courtage immobilier offre ainsi un intermédiaire entre la société de crédit et le particulier ou professionnel demandant un emprunt. Ceci est appelé un courtage de prêt. Grâce à un courtier, le client peut avoir les meilleurs taux de banques concurrentes et celui-ci peut ainsi choisir une banque ou une société de crédit qui pourra convenir aux besoins personnels du client. Plusieurs nombre de crédits complémentaires peuvent être donnés suivant le profil du demandeur de crédit. Il peut s’agir du crédit à taux zéro, du crédit bonifié, entre autres.

J’espère que vous y verrez plus clair maintenant.

BforBank banque en ligne en progression

Le 19 janvier par Marc

La banque en ligne bforbank, un des spécialiste en épargne en ligne, vient de dévoiler des chiffres intéressants.  Cela fait 3 ans que Bforbank propose des prestations alternatives pour placer son argent sur internet. Filiale du Crédit Agricole, Bforbank compte désormais 100000 clients et a amassé plus de 3 milliards d’Euros d’épargne.

Bforbank doit donc continuer pour parvenir à son objectif affiché de 250000 clients et 12 milliards d’euros d’ici 2015. Il reste encore du chemin mais il semblerait que la banque en ligne du crédit agricol veuille s’en donner les moyens.

Son avantage concurrentiel principal réside dans la qualité de son service à sa clientèle, plutôt orientée CSP++ voire haut de game qui lui permette de se démarquer des autres banques en ligne, souvent plus portée sur l’épargne facilitée, moins assistée et mois rémunératrice.

Autre avantage, sa vocation à ce que le client devienne un vrai banquier lui-même, grâce à ses outils en ligne de comparaison d’apargne, ses magazines et ses points de vue sur le marché actuel. Bforbank est d’ailleurs disponible sur les supports numériques ipad et smartphone.